• Favouille Éguilles

Top Chef : Fanny, l’étoile montante de la gastronomie

La Marseillaise participe à la dixième saison de l’émission de M6 diffusée ce soir.



À vos assiettes ! L’émission "Top Chef" fait son retour pour la dixième saison. Parmi les quinze jeunes espoirs de la cuisine, Fanny Aimerito. Cette Marseillaise de 26 ans marchera dans les pas de Ludovic Turac, ancien candidat de l’émission et chef du restaurant "Une Table au Sud", situé quai du port, à Marseille. Fanny y travaille en tant que seconde de cuisine. La pétillante jeune femme, surnommée "La Philippe Etchebest aux boucles d’oreilles", s’est confiée à La Provence entre deux services et à quelques heures de la diffusion de l’émission. D’accent en plats, une chose est sûre : avec elle, la Provence sera bien représentée !


Comment se retrouve-t-on seconde de cuisine à 26 ans ?

Ce n’était pas inné, personne ne sait cuisiner dans ma famille (rires). J’ai fait beaucoup de filières différentes avant de travailler dans la restauration : bac S, fac d’arts, BTS assistante de gestion PME-PMI et une année en tant que serveuse dans une brasserie aixoise. À ce moment-là je me suis dis "Pourquoi pas ?". Je suis arrivée à "Une Table au Sud", nous n’avions pas d’étoile à cette époque. J’ai commencé apprentie, puis, j’ai gravi les échelons petit à petit, en cinq ans.


Avez-vous consulté Ludovic Turac, votre chef et ancien candidat de l’émission, avant votre inscription ?

Nous en avons discuté. Ludovic m’a dit que j’avais les capacités et il m’a poussée à le faire. C’est mon mentor, je n’ai eu que lui comme chef. Il m’a appris tout ce que je sais. Je n’aurais même pas été sélectionnée si je ne l’avais pas eu à mes côtés.


Qu’attendiez-vous de l’émission ?

J’ai toujours été dans le même restaurant. Je voulais me comparer aux autres. Au restaurant, c’est facile, même si chaque service est un challenge, je connais la cuisine du chef.


Allez-vous profiter de votre notoriété pour ouvrir votre propre établissement ?

Pas du tout ! Au contraire. C’était un challenge pour moi-même, pas un tremplin. Pour moi, ma carrière est tracée, je compte rester à "Une table au Sud". Top Chef a été un électrochoc, il m’a remis du plomb dans la tête. Grâce à l’émission, je suis repartie en pâtisserie et je signe désormais la carte des desserts, en plus d’être sous-chef du restaurant.


Pourquoi vous surnomme-t-on "La Philippe Etchebest aux boucles d’oreilles ?"

C’est mon chef qui me surnomme ainsi (rires). Mon équipe m’appelle le requin. J’ai beaucoup de rigueur en cuisine, avec les autres et avec moi-même et j’ai tendance à crier.


Et Philippe Etchebest justement, il est comment ?

Il est comme à la télévision ! C’est quelqu’un de très dur, de très rigoureux, mais en réalité il a le coeur sur la main.

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout